liste des spectacles en tournée
Une histoire amoureuse du théâtre
Création Biennale du Théâtre Jeunes Publics / Lyon – France

TEXTE ET MISE EN SCENE
MAURICE YENDT

SCÉNOGRAPHIE
ET COSTUMES
DANIÈLE ROZIER

AVEC
NICOLE MOUTON
VINCENT PUYSSÉGUR


LUMIÈRES
STÉPHANE DESCOMBES

Aimer ou ne pas aimer le théâtre, « that is the question ». Ce qui permet de commencer comme la conférence d’un respectable Professeur accompagné de sa précieuse collaboratrice... Mais, très vite, l’image convenue tangue et se fissure. La passion que les deux conférenciers partagent pour le théâtre les entraîne, entre tragédie et comédie, vers les dérapages, émouvants ou burlesques, d’une aventureuse confrontation de leurs propres élans amoureux avec l’histoire agitée du théâtre... Qui aime qui lorsqu’on aime autant le théâtre ? Du silence fondateur de la caverne préhistorique à l’écho des grandes voix de la scène, des gradins du théâtre antique aux lumières contrastées du théâtre d’aujourd’hui... sans oublier, bien sûr, le sabre d’Arlequin, le chariot de Thespis, la charrette de Mère Courage et le rôle trop souvent méconnu de la tomate... Une fois le rideau rouge et or déchiré, derrière les oripeaux du mythe, entre tendresse et dérision, une évocation amoureuse de la nature simplement poétique du théâtre.
To love theatre or not to love theatre, that is the question. Which allows us to start like the conference of a respectable Professor, accompanied by his precious colleague... But the polite image quickly twists and cracks. Between tragedy and comedy, the passion for theatre shared by the two presenters leads them to slip, in moving or burlesque ways, into an adventurous confrontation of their own loving impulses with the turbulent history of theatre ... Who loves who when the love of theatre is so great? From the founding silence of a prehistoric cave to the echo of theatre’s greatest voices, from the terraces of the amphitheatre to the contrasting lights of modern theatre... and , of course, not forgetting Harlequin’s wooden sword, Thespis’s chariot, Mother Courage’s cart and the all-too-neglected role of the tomato... Once the red an gold curtains are ripped, behind the faded finery of the myth, between tenderness and scorn, can be found a loving rendition of the simple, poetic nature of theatre.