English Español

Théâtre des Jeunes Années (TJA)


Centre Dramatique National
1981-2004

La Biennale du Théâtre Jeunes Publics/Lyon a été fondée en 1977 par les directeurs artistiques du TJA, Maurice Yendt et Michel Dieuaide. Les objectifs de ce festival international s’inscrivent pleinement dans les perspectives artistiques définies par l’activité de création du TJA.

Le Théâtre des Jeunes Années (TJA), qui bénéficiait depuis 1981 du statut de « centre dramatique national », a cessé ses activités en juin 2004.
Aujourd'hui, Maurice Yendt et Michel Dieuaide poursuivent leur parcours artistique dans le cadre de la Biennale du Théâtre Jeunes Publics/Lyon.

De 1981 à 2004 le TJA/CDN, théâtre d’art et d’essai, a été à la fois :
• un centre de création et de production théâtrale (tournées régulières en France et à l’étranger)
• un lieu d’accueil pour la production théâtrale régionale, nationale et internationale
• un centre d’expérimentation et de formation aux pratiques théâtrales des enfants, des jeunes et des adultes (médiateurs culturels, enseignants, universitaires, comédiens, intervenants, animateurs du milieu associatif, etc.)
• un centre de recherche, d’édition et de documentation concernant le théâtre contemporain et les jeunes publics

Le texte ci-dessous décrit les conceptions théâtrales du TJA et la diversité de ses réalisations. Après avoir été, en France, le premier théâtre permanent pour jeunes spectateurs le TJA a été, de 1981 à 2004 et au plan international, l’un des principaux théâtres européens pour publics d’enfants et de jeunes.

 


Une maison
du théâtre contemporain


” L’expression « théâtre pour enfants » n’a aucune signification de caractère esthétique. Au même titre que l’expression « théâtre populaire » illustrée par Jean Vilar, elle désigne un public et non un genre théâtral différent. Le « théâtre pour enfants », cela veut dire des jeunes spectateurs face à du théâtre. C’est aussi simple que cela... et c’est extrêmement complexe puisqu’il s’agit d’abord de théâtre... ”
(Maurice YENDT, Les Ravisseurs d’Enfants, Editions Actes Sud/Papiers, 1989).


Le projet artistique du TJA s'est fondé sur le parcours d’auteur de Maurice Yendt, et sur la recherche de textes contemporains inédits. Son répertoire s’élargit ainsi à des formes d’écriture très diverses, à des textes délibérément écrits pour un jeune public comme à des textes pour lesquels, à l’origine, la communication avec les jeunes spectateurs n’a pas été envisagée. Le TJA a créé des oeuvres de Jorge Gajardo, Victor Carvajal, Jacques Prévert, Richard Demarcy, Evan H. Rhodes, S. I. Witkiewicz, Akira Saneto, Samuel Beckett, Gert Hoffmann, Ingegerd Monthan, Barbro Lindgren, Clarice Lispector, Suzanne Van Lohuizen, Karin Serres, Peter Handke, Jacques Roubaud, Fabrice Melquiot...

Maurice Yendt et Michel Dieuaide ont collaboré régulièrement avec des metteurs en scène invités, (Bruno Castan, Alain Sergent, Richard Demarcy, Alessandro Libertini, José Caldas, Etienne Pommeret, Véronique Nah, Laurent Fréchuret, Dominique Pompougnac, Patrice Douchet... ), et ils ont coproduit des créations avec d’autres C.D.N. et des compagnies indépendantes.

Maison du théâtre contemporain, le TJA avait pour objectif l’éveil de la sensibilité artistique des enfants, leur ouverture au monde et aux langages artistiques, leur initiation, dès le plus jeune âge, à la pluralité des formes et des contenus du théâtre contemporain, leur accès à une indispensable liberté critique et à une culture théâtrale personnelle.

 


Un théâtre pour
les nouveaux
publics


Théâtre légitimant pleinement la notion de service public culturel, le TJA a recherché, notamment par une politique tarifaire adaptée, la fréquentation d’enfants et de jeunes de tous milieux, de spectateurs de toutes origines culturelles.

Le TJA a été ainsi une école du spectateur qui, par la sensibilisation et l’accompagnement des nouveaux publics, irriguait potentiellement l’ensemble de la vie théâtrale et culturelle lyonnaise.

Ses objectifs qui contribuaient au maintien de l’influence artistique et sociale du théâtre, à l’élargissement du nombre des spectateurs avertis, impliquaient la permanence de son action et son inscription dans la durée.

Chaque saison, le TJA a été le « premier théâtre » de plusieurs milliers d’enfants.
L’activité du TJA concernait en moyenne entre 50 000 et 85 000 spectateurs, selon les saisons.

Un théâtre tel que le TJA n’intéressait pas seulement les enfants mais simultanément un large public d’adultes (parents, enseignants, animateurs, etc.). Son public était un public inter-générations qui se renouvellait constamment.
En 1999-2000, 45% des représentations ont été programmées dans le temps des loisirs, en matinées et en soirées.

Chaque année l’audience du TJA s'est élargie par les tournées que les spectacles de Maurice Yendt et Michel Dieuaide ont effectué dans toute la France (principaux théâtres de la décentralisation dramatique) et dans de nombreux pays étrangers (Allemagne, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Italie, Maroc, Portugal, Russie, Suisse, Tchécoslovaquie, U.S.A.).

 


Un théâtre
dans la ville


De 1981 à 2004 le TJA a été l’un des principaux théâtres de la Ville de Lyon. Il disposait d’un équipement doté de deux salles (une de 450 places à forme et à capacité variables, une de 90 places), de locaux de répétitions, d’espaces administratifs et techniques.
L’équipe artistique se composait de 18 permanents rejointe chaque saison par 15 à 25 comédiens non permanents et par un nombre variable de collaborateurs artistiques et techniques.

 


Un espace
de formation


De 1981 à 2004 le Théâtre des Jeunes Années / Centre Dramatique National s'est engagé dans de nombreuses activités d’éducation artistique et de formation théâtrale en partenariat avec des établissements scolaires primaires et secondaires et diverses institutions et associations. Ces activités se sont inscrites soit dans un cadre institutionnel (jumelage, ateliers de pratique artistique, projets d’école, classes culturelles, formation des enseignants...) soit en fonction de projets spécifiques. Ces actions adaptées aux besoins des différents publics intéressaient l’ensemble des pratiques théâtrales (accompagnement et expression du spectateur, découverte active du jeu dramatique et du jeu théâtral).